Chercher

7 mars 2013

« Je m’adapte vite et tout cela a son charme » - interview avec Neda Borisova, volontaire francophone en Tunisie

« Je m’adapte vite et tout cela a son charme » - interview avec Neda Borisova, volontaire francophone en Tunisie

Categories: Bulgarie  / 

Neda est une jeune bulgare et actuellement, elle effectue une mission en tant que Volontaire internationale de la Francophonie en Tunisie. Dans cette interview elle parle de son expérience, de l’ambiance interculturelle et des bénéfices de cette expérience.

Tout d’abord, est-ce que tu peux te présenter ?

Bonjour, je m’appelle Neda, j’ai 27 ans, de nationalité bulgare. Actuellement, j’effectue une mission en tant que Volontaire internationale de la Francophonie en Tunisie.

Donc, tu es volontaire francophone en Tunisie? Pourras-tu nous expliquer de plus près ton travail de volontaire, dans quelle institution tu es affecté, quelles sont tes tâches quotidiennes ?

Je suis affectée à l’implantation de Tunis de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). J’appuie à la fois le CNF de Tunis (Campus numérique francophone) et le plus nouvel institut de la Francophonie de l’AUF – l’IFIC (Institut de la francophonie pour l’ingénierie de la connaissance et la formation à distance). Je suis chargée d’accompagner la mise place des projets de formation.

Comment tu trouves la vie en Tunisie surtout les différences interculturelles ?

Moi et la Tunisie c’était un coup de foudre. Je l’ai visitée pour la première fois en 2010 et je me suis dit en partant «Un jour, il faut que je revienne dans ce pays de merveille ». Me voilà 2 ans plus tard.

Je trouve que ce qui fait le pays c’est son peuple, alors moi j’ai rencontré et je rencontre chaque jour des gens formidables, cordiales- mes collègues, mes colocataires, mes amis Tunisiens… Je me sens vraiment heureuse d’être là, je suis comme à ma place. En ce qui est des différences interculturelles, bien sûr il y en a, mais je m’adapte vite et tout cela a son charme. Je suis fascinée par la culture et le patrimoine de ce pays tellement riche!   

D’après toi, que ce-que cette expérience t’apportera ?

Le plus bénéfique pour moi, c’est que je peux appliquer tout ce que j’ai appris pendant mon cursus universitaire. En plus, j’avais déjà une expérience dans le domaine de  la formation et je me réjouis que  je puisse être utile à mes collègues. En même temps, j’apprends chaque jour.  Je crois qu’après cette expérience je serai beaucoup plus expérimentée et j’aurai plus confiance en moi et mes capacités pour continuer ma vie professionnelle. Non en dernier lieu, je m’enrichis du point de vue personnel. L’interculturalité, le fait d’habiter tout seul dans un pays étranger, de gérer toute seule ma vie m’apprend énormément. Je me sens beaucoup plus mûre. 

Quelle sera ton message pour les jeunes francophones qui souhaite partir en tant que Volontaire international de la Francophonie ?

Le Volontariat en tant que tel est quelque chose de magnifique. Pour moi, le sentiment d’être au service d’une cause était le plus fort argument pour lequel je voulais partir. Je dis à tous les jeunes – si vous pensez que vous avez quelque chose de beau à offrir au monde, allez-y ! Que ce soit dans le cadre d’un programme de volontariat ou tout simplement dans votre vie quotidienne … on est tous des volontaires en quelque sorte.

Informations détaillées sur le programme de volontariat international de la francophonie.

 

Number of views (5843)

Tags: